Guinée: dernier voyage pour l’éternité de Mamadou Barry assassiné en France

4 Août 2019

Mamadou Barry enseignant guinéen assassiné en France

Un dernier hommage a été rendu, ce dimanche 4 août, au jeune Guinéen, assassiné à Rouen, en France, le 19 juillet dernier. La cérémonie a eu lieu à l’université publique de Sonfonia, à Conakry, où la dépouille de Mamoudou Barry a été exposée, en présence d’universitaires guinéens et de plusieurs personnalités, parents et amis du défunt.

La cérémonie a duré près de deux heures dans la salle de l’amphithéâtre Julien Gbéré Touré de l’université publique de Sonfonia. Le corps, enveloppé du drapeau tricolore guinéen (rouge, jaune et vert), a fait son entrée vers 10h00, porté par ses ex-amis de promotion des années 2008-2010.

Beaucoup d’étudiants et amis de promotion de feu Mamoudou Barry vêtus de T-shirts frappés du portrait souriant du défunt sur lesquels on pouvait lire « MDPF [Master droit privé fondamental] demande justice pour Dr Mamoudou Barry ».

Sur une grosse banderole, déroulée dans la salle frappée de l’effigie du défunt, on pouvait également lire « l’Université guinéenne en deuil s’incline devant la dépouille de Dr Mamoudou Barry ».

Dernier voyage pour l’eternité

Les membres de la famille Barry dont son épouse, Mme Barry Fatoumata Diaraye, ses frères et sœurs, les amis venus de la France ainsi que trois ministres et le président de la Cour constitutionnelle Mamdouba Bangoura étaient présents pour rendre un dernier hommage au jeune universitaire.

« Mort au racisme »
A Strasbourg, une marche blanche en hommage au jeune enseignant-chercheur a réuni samedi 3 août après-midi, environ 200 personnes dans le centre-ville, selon la préfecture et les organisateurs. « Nous avons voulu dénoncer cet acte (le tabassage à mort de Mamoudou Barry, ndlr) que nous considérons comme barbare », a indiqué Mamadou Saliou Bah, l’un des organisateurs de la marche. Il poursuit, « Nous voulions rendre hommage à un compatriote parti dans la fleur de l’âge » et « sensibiliser tout le monde afin que ce genre d’actes ne se reproduise plus ».

A Laval, une centaine de personnes ont également manifesté contre cette mort violente, avec pour slogan «Mort au racisme ».

Le suspect hospitalisé
Âgé de 31 ans, Mamoudou Barry, jeune enseignant guinéen, père d’un enfant de deux ans, est mort des suites de ses blessures après avoir été roué de coups dans la rue lors d’une agression qualifiée de « raciste » par ses proches à Canteleu, dans la banlieue de Rouen. Un homme a été interpellé à la suite des faits mais il a été rapidement hospitalisé en raison de problèmes psychiatriques.

Mamoudou Barry avait soutenu une thèse de droit sur les «Politiques fiscales et douanières en matière d’investissements étrangers en Afrique francophone » le 27 juin dernier à Rouen.

Sources Rfi/ Ouest-France/ Jean Charles Biyo’o Ella

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s