Cameroun: nouvelle audience pour les sept militaires accusés d’assassinat

15 septembre 2019

Capture d’écran de la vidéo des sept militaires en partance pour assassiner

Sept militaires camerounais, soupçonnés d’avoir exécuté sommairement deux femmes et leurs deux enfants dans la région de l’extrême-nord du Cameroun où sévit la secte Boko Haram, devraient retourner devant la barre ce 16 septembre au tribunal militaire de Yaoundé pour« assassinat ».

Après deux reports successifs, le 20 août pour indisponibilité de la salle et le 27 août pour indisponibilité du juge, les septs militaires camerounais accusés d’avoir exécutés sommairement deux femmes et leurs enfants (une petite fille et un bébé) dans le village de Zelevet à l’extrême-nord du pays reprend ce lundi 16 septembre 2019, au tribunal militaire de Yaounde.

Ces sept militaires camerounais sont accusés de  « coaction d’assassinat, violation de consignes et complicité d’assassinat ».  En juillet 2018, une vidéo de trois minutes environ, avec des scènes très violentes d’actes commis par des soldats camerounais, lesquels abattant deux femmes et leurs jeunes enfants soupçonnés d’appartenir au groupe terroriste Boko Haram, avait été diffusée sur Internet et provoquer une vague d’indignation aussi bien au Cameroun qu’à l’étranger.

L’armée camerounaise accusée

Rapidement, le collectif Bellingcat et Amnesty International ont mis en cause l’armée camerounaise, tandis que la BBC avait retrouvé le lieu et la date des exécutions. Dans un premier temps, le gouvernement camerounais avait émis des doutes qualifiant la vidéo de « fake news » et d’« horrible trucage ». Alors ministre de la communication porte-parole du gouvernement(jusqu’au 4 jan 2019), Issa Tchiroma Bakary, au cours d’une conférence de presse donnée à cet effet, tentait de justifier « le paysage et le relief indiquent clairement que l’on se trouve en zone sahélo-sahélienne. (…) En pareille circonstance, il est constant que les tenues de combat utilisées par l’armée camerounaise sont toujours de type sahélien ». Il soulignait « que les hommes concernés [dans la vidéo] arborent des uniformes bariolés, pour certains de type forêt ».De plus, « des voix off [ont été] approximativement apposées sur des séquences visuelles », ajoutait-il, estimant qu’il s’agissait d’« une malheureuse tentative de transfiguration de la réalité et d’intoxication du public ».

Mais par la suite, coup d’éclat, le gouvernement se rétracte, annonçant, en août 2018, l’arrestation de sept militaires dans le cadre d’une enquête ouverte après la diffusion de cette vidéo. Ce sont ces militaires qui doivent être jugés devant le tribunal militaire de Yaounde.

Jean Charles Biyo’o Ella

Publicités

Une réflexion sur “Cameroun: nouvelle audience pour les sept militaires accusés d’assassinat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s